SHOP.AGUARDIENTECLOTHING.COM Books > Other Social Sciences > Epistemologie des sciences sociales by Jean-Michel Berthelot

Epistemologie des sciences sociales by Jean-Michel Berthelot

By Jean-Michel Berthelot

• Description : Quels programmes, quels paradigmes sous-tendent les recherches en sciences humaines, créent les écoles rivales et rapprochent des disciplines différentes ? remark chacune de ces disciplines parvient-elle à articuler l. a. measurement historique et structurelle qui los angeles compose ? remark se gèrent les rapports entre modélisations mathématiques et récits de scenario ? Quelle position est donnée aux reasons, quelle signification accordée aux raisons ? Faut-il opposer ou articuler explication et compréhension ? Les sciences sociales sont des disciplines aux frontières incertaines. Les unes, comme l'histoire ou los angeles géographie, remontent à l'Antiquité. Les autres, comme l. a. sociologie ou los angeles psychologie sociale, ont tout juste un siècle. Certaines prennent pour objet l'ensemble des phénomènes sociaux et d'autres - l'économie, los angeles linguistique, and so on. - privilégient un domaine d'activité déterminé. Mais derrière cette diversité - d'origines, d'objet, de culture - surgissent des issues essentiels de rencontre et de recouvrement que synthétise et interroge ce manuel.

Show description

Read or Download Epistemologie des sciences sociales PDF

Best other social sciences books

Dominación y desigualdad: el dilema social latinoamericano

Libertad de agrupación. / Modos de escogencia y categorización. / Gestión y patrimonio. / Industria gráfica. / Cultura del cartel. / Del diseño y del diseñador. / Gráfica de autor. / Ser en los angeles academia.

Extra resources for Epistemologie des sciences sociales

Sample text

Ne fallait-il pas intégrer les sciences politiques, les sciences juridiques, les sciences du texte, la psychologie et la psychanalyse ? Sinon, pourquoi accorder ce privilège à l’histoire ou à la géographie ou à la linguistique ? Et ce d’autant plus qu’entre ces espaces disciplinaires et ceux retenus les liens sont de plus en plus nombreux et denses. Disons-le tout net, l’objection est valable. Nos raisons ne sont pas pour autant de mauvaises raisons ni les conséquences de nos choix des effets négatifs.

L’expérience de ces dernières années ne semble-t-elle pas prouver qu’elle peut être une solution de paresse chez ceux qui vont s’y perdre avec délices – une ou deux brillantes exceptions ne font que confirmer la règle –, signe d’une recherche qui se stérilise ? » Pierre Chaunu mettait ainsi les « robustes artisans d’une connaissance en construction » en garde contre les paresses de « cette morbide Capoue » [2]. Si énergique soit-elle dans sa formulation, cette injonction rallierait probablement la conviction, au moins passive, de nombre d’historiens (même si c’est sans nul doute moins vrai deux décennies plus tard).

C’est, cependant, la dimension méthodologique qui nourrit le débat de fond en sciences sociales et mobilise la réflexion d’auteurs comme Hayek, Popper, Boudon, Dumont, etc. Cette dimension a trait au problème central de l’explication et ouvre sur les grands débats épistémologiques qui ont opposé, dès la fin du siècle dernier, les tenants d’un modèle explicatif aux partisans d’un modèle compréhensif dans les sciences sociales. Reprenant les diverses positions en présence, du néokantisme de la fin du siècle dernier au néopositivisme des récentes décennies, en passant par les théoriciens du Cercle de Vienne, Bernard Valade nuance considérablement le débat, se démarque de ses élaborations idéologiques et manichéistes et invite à une complémentarité raisonnée – et raisonnable – des termes et des procédures.

Download PDF sample

Rated 4.23 of 5 – based on 13 votes